Danseuse et chorégraphe espagnole, Anna Ventura fonde la compagnie LA VENTURA en 1991.
Aujourd'hui établie à France, elle développe avec sa troupe un travail entrepris depuis sa Barcelone natale. A son actif, une dizaine de créations diffusées en France et à l'étranger. Elle fut aussi chorégraphe invitée par le
Ballet du T.D.A./Opéra de Normandie en 1997, puis par
l'Institut Del Teatre de Barcelone. Egérie du Centre Chorégraphique National de Caen, (88/90), puis, danseuse invitée au sein de la Compagnie de danse butoh
Ariadone, lors de la création "Haru no saîten" (un sacre du printemps) par la chorégraphe japonaise Carlotta Ikeda (99) .
Aujourdh'ui elle transporte son tempérament flamboyant avec son dernier spectacle solo " Belladonne ou Le Complexe de Macbeth", créé à Toulouse en février 2000.
Parallèlement elle continue à développer ses activités pédagogiques auprès de danseurs de tous les niveaux.

LA VENTURA CIE & Anna Ventura

Il y a une impatience, une quête, un mystère qui accompagnent Anna Ventura tout au long de son aventure artistique, dès sa formation et ses prises de rôle vers la chorégraphie.

Dès l'Ecole Supérieure de Danse et de Chorégraphie de l'Institut del Teatre de Barcelone,- où elle reçoit une formation de danse contemporaine et classique mais aussi de flamenco, théâtre, pédagogie ainsi qu'en arts appliqués au spectacle, scénographie et éclairages -, au The Place Danse School à Londres, où elle complète ses études. Puis en France auprès de Dominique Dupuy, Jean Pomarès, Susan Buirge.

Dès ses interprètations auprès de différents chorégraphes catalans en 1984, sa présence dans de nombreux festivals à Barcelone dès 1986 amorçant son parcours de chorégraphe, jusqu'au cœur de la saga Saportienne de 88 à 91 - Anna Ventura sera l'une des principales interprètes du Centre Chorégraphique National de Caen sous la direction de Karine Saporta-.

Aujourd'hui chorégraphe accomplie, la personnalité d'Anna Ventura déconcerte, attire et impressionne par ses multiples facettes, sa richesse, sa sensibilité, son besoin de communiquer… au-delà des mots, au travers de ses interprétations.

Irrèsolument insouciante et féminine elle prône avec opiniâtreté son désir d'écrire le mouvement en se refusant toute limitation stylistique.

Ses créations ont leur source dans une curiosité sans cesse nourrie: gestuelles croisées de Graham, Cunningham, Limon, de la nouvelle danse française, des japonais, de l'esprit flamenco fier et indomptable. Elle mêle cultures et influences dans une étonnante alchimie.

Le désir d'échanger, de connaître, d'aller vers, fût à l'origine, en 1991 de LA VENTURA Cie. Depuis la Compagnie s'est affirmé par la diversité et la richesse de ses expériences:
- "La Traviata Mojada" (solo) est créé à l'Opéra de Nantes en 1991, puis repris au Théâtre de Caen avec une équipe de danseurs. Primé lors des Rencontres Chorégraphiques Internationales de Bagnolet/Seine-St-Senis en 1992, ce premier spectacle de le Compagnie La Ventura nouvellement établie à Caen,
préfigure ses prochaines reparties.

La Chorégraphe nous entraîne à travers ses spectacles dans un univers onirique et sensuel où se mêlent le fantastique, l'humour et la tendresse : "La Traviata Mojada ou... Quand l'Etre Devient Eau" création en 1991, "Salle de Bain's de Mer I et II", création en 1993, qui lui vaudra le Prix National de la Culture du Ministère de la Jeunesse et des Sports ; "A l'arraché" en 1994.

Son bonheur à se mouvoir anime ses personnages d'une agilité surprenante, peuple ses univers à la fois illusoires
et charnels. Elle arpente la scène en solitaire avec "Une faille dans la lumière/Ciné solo" créé en 1995 au Théâtre de Caen lors du Centenaire du Cinéma.

Danseuse performante, elle porte ses rôles à l'extrême du geste dans "Piano Forte" en 1996 avec la complicité
de la pianiste Emmanuelle Jeannenez. Puis crée pendant l'été 96 "Perspectives Barcelone" au Musée d'Art Modern de Barcelone.

En 1997, invitée par l'Opéra de Normandie, la chorégraphe crée, pour les dix huit danseurs classiques du Ballet du Théâtre des Arts de Rouen/Opéra de Normandie, "L'appétit ou La Boca del Mundo".

La même année elle sera aussi l'invitée de l'Ecole Supérieure de Danse et Chorégraphie de l'Institut del Teatre de Barcelone où elle crée "Couleur de Chair".

"La Máquina, Nena !", spectacle solo "presque autobiographique, un rien esthétisant et volontiers loufoque", sera crée au Théâtre des Songes à Paris en octobre 1998. Recrée au Panta Théâtre, à Caen, en 1999 la Madone éclectique de "Maquina…" poursuit ses tournées à ce jour.

De la collaboration avec la Galerie Sonore d'Angers et avec la complicité du compositeur Karim Haddad est née le projet "Une femme qui rêve que…" , avant-projet de "Le Complexe de Macbeth" crée en février 2000 à Toulouse...

"Yaséi no Hana" (fleur sauvage), qui vera le jour en 2001, est née de la rencontre avec l'univers de la danse flamenca et la danseuse Anna Yerno. "Yasei ho Hana" est un diptyque:
Belladone ou Le Complexe de Macbeth (solo) et El Canto de la Mandragora (sextet). Passage de la transe silencieuse orientale aux battements des cœurs, des pieds et des palmes qui transcendent les corps, eux aussi tendus à l'extrême, des flamencos.

Parce que sa démarche de créateur est intimement associée à son vécu d'interprète et le nourrit, elle a été la danseuse invitée au sein de la compagnie de danse butoh Ariadone sous la direction de la chorégraphe japonaise Carlotta Ikeda à l'occasion de la création "Haru ni saîten" (un sacre du printemps) en 1998/99.


Sa démarche artistique est liée depuis toujours à des actions de sensibilisation et de formation auprès de danseurs de tous niveaux, elle mène des actions pédagogiques, des cours et des ateliers lors des créations de ses spectacles ou en tournée. Elle intervient également au Conservatoire National de Musique et Danse de Paris, à l'Université de Caen, au Conservatoire National de Région de Caen et anime des stages en France et à l'étranger.

>haut

::: retour à l'accueil
::: email@La Ventura
::: www@La Ventura